L’Ouvre-Boîte Paris : trouver un cadre pour lancer sa start-up

Lea Tourneboeuf raconte son expérience du programme.

Avant de rejoindre l’Ouvre-Boîte Paris, le programme d’Apprentis d’Auteuil pour accompagner des jeunes dans l’entreprenariat, Lea Tourneboeuf avait déjà en tête l’idée de ce qu’elle voulait réaliser mais elle avait le sentiment de stagner. Elle avait quitté son travail dans une startup pour se consacrer à son projet, Onde, qui cherche à mettre en relation commerces de proximité et artistes amateurs ou semi-professionnels, permettant aux uns de se démarquer de la concurrence et aux autres de gagner en notoriété. Cependant, de nombreuses questions se sont rapidement posées sur la manière de développer cette idée et ont bloqué la jeune femme. « Comment chercher des financements ? Comment élaborer un business model ? Finalement, comment faire pour lancer sa start-up quand on ne sort pas d’une école de commerce ? », s’interroge-t-elle.

En quittant son espace de travail, c’est aussi à l’isolement qu’elle a dû faire face et à la difficulté d’avancer et de se fixer des objectifs, quand on est seule chez soi, sans impératif. « Je voulais être accompagnée car je n’y arrivais pas toute seule, je voulais aussi faire des rencontres, avoir des regards critiques sur mon projet », raconte Lea. Grâce à l’Ouvre-Boîte Paris, elle a ainsi pu bénéficier d’un cadre et d’une formation afin de créer son agence de rendez-vous culturels, qui à terme devrait mener à la création d’une application.

« Ça a été vraiment chouette d’avoir des interventions d’entrepreneurs, soit pour nous former sur un thème précis, soit pour partager leur expérience à travers leur parcours », s’enthousiasme-t-elle. Elle a aussi pu profiter d’une formation à l’INSEEC, une école de commerce parisienne, ce qui lui a permis d’avancer sur son business model. A la boutique éphémère des Halles l’été dernier, Lea a pu organiser des expositions qui lui ont permis d’agrandir son réseau, en recrutant de futurs utilisateurs potentiels pour son application et en identifiant de futurs lieux d’expositions. Aujourd’hui, elle se consacre à son agence et continue d’être suivie par un mentor du programme, ce qui l’aide, chaque semaine, à faire le point sur l’avancement de son projet et à se fixer de nouveaux objectifs.

2018-11-14T14:26:32+02:00